Rencontre avec… Monterosso – Festival Chorus

mai 2018 |

C’est sur la scène du Parvis que le duo francilien Monterosso a ouvert les festivités ce samedi 7 avril. Thomas et Mathilde ont offert au public leur son mêlant à merveille une légère à une énergie plus rock et ont réussi à séduire les premiers arrivés en ce début d’après-midi. Voici le compte-rendu de mon entrevue avec ce groupe rafraîchissant.

Alors ce concert, c’était comment ?

Mathilde : ça s’est super bien passé ! Ça faisait un moment qu’on n’avait pas joué et c’était une bonne scène de reprise ; ça nous a fait plaisir de rejouer, surtout sur une scène aussi belle que celle-là, avec un bon son, une bonne énergie…
Thomas : et on avait un peu de monde donc on est contents ! Comme on faisait l’ouverture on avait un peu peur que ce soit vide. Mais au final ça allait, les gens s’arrêtaient pour nous écouter, ils réagissaient plutôt bien.

Diriez-vous que votre style, qui est bien sûr énergique mais aussi très posé, peut être un frein en festival ?

M.: non je ne pense pas parce que justement on essaye toujours de rendre nos morceaux assez dynamiques quand on les joue en live. Ça ne représente pas tant que ça les chansons qu’on met en ligne parce que ce qu’on joue est plus rock.
T.: après même si le morceau est lent, si le beat est lourd et imposant ça peut très bien marcher en festival. D’ailleurs c’est pour cette raison qu’on essaye vachement de composer avec des basses vraiment profondes, parce que ça fonctionne pas mal.

Est-ce que vous vous préparez différemment selon si vous jouez un festival ou un concert traditionnel ?

T.: pour celui-ci on s’est préparés comme d’habitude, on n’avait pas la possibilité d’avoir une scénographie trop importante donc on est restés assez simples. Quand on sera un peu plus avancés dans notre carrière on pourra penser à avoir un visuel qui en jette. Si on avait plus de moyens on aurait fait les choses autrement mais pour l’instant on prépare tous les concerts pareil.

Quel est votre état d’esprit quand vous arrivez en festival ? En sachant que le public n’est pas forcément là pour vous voir vous, contrairement à un concert classique, est-ce que vous vous dites « il faut qu’on arrive à séduire autant de monde que possible » ?

M.: avant tout on est là pour kiffer, pour prendre du plaisir. Mais oui, on pense aussi à satisfaire le public, à ce qu’il y ait du répondant, une liaison avec lui pour que l’on ressente vraiment son énergie parce que c’est quelque chose d’hyper important.
T.: exactement, le plaisir qu’on prend c’est surtout celui qu’on reçoit du public et on va en prendre beaucoup plus si on voit que les gens bougent, qu’ils dansent, qu’ils sont contents… Donc c’est clair que quand on monte sur scène on a envie de satisfaire les gens et qu’ils repartent en se disant que c’était vraiment cool.

Avez-vous une préférence pour l’enregistrement en studio ou pour le live ?

T.: les deux n’ont vraiment rien à voir ! Il y a un moment où j’aurais dit que je préfère le studio parce que c’est plus confort, t’es tout seul dans ta bulle alors que la scène c’est totalement différent.
M.: au final la scène c’est vraiment l »énergie qu’on peut apporter alors que le studio c’est la magie de créer des mélodies, de découvrir des choses
T.: en studio il y a toujours ce côté perfectionniste qui ressort alors qu’on live tout est plus spontané et c’est ce qui fait la beauté de la chose. On est beaucoup plus dans l’instant est c’est ce qui est génial. J’avais un peu de mal avec le live au début mais maintenant je pense que je ne pourrais plus m’en passer !

Est-ce que vous avez des projets que vous pensez réaliser prochainement ?

M.: pour l’instant notre but est de sortir un prochain titre, si possible avant l’été, puis un EP qui sortirait plutôt vers 2019.
T.: on voudrait aussi réaliser un clip pour le morceau de cet été. Donc single+titre et éventuellement une ou deux chansons qu’on sortirait ponctuellement à partir de septembre.
M.: pour l’instant tout est en cours de création. On en a une de sûre qui est déjà enregistrée, il y en a d’autres qu’on teste en live pour voir les réactions du public et réfléchir à ce qu’on va en faire. Du coup les concerts nous servent aussi à décider quels titres garder ou non dans l’EP.

Envisagez-vous d’explorer de nouveaux styles avec cet EP ou allez-vous rester dans votre zone de confort ?

T.: je pense que le style restera à peu près dans la même veine électro pop mais on n’a pas peur de jouer plus dans le style musique du monde, rock, ou même folk. On n’est pas fermés, tout dépendra de notre inspiration.

Est-ce qu’il y a un ou des artiste(s) que vous aimeriez me conseiller ?

M.: j’aimerais beaucoup aller voir Hyphen Hyphen parce qu’ils ont une énergie qui m’a l’air assez ouf, et Gaël Faye qui a des textes magnifiques.
T.: je suis du même avis pour Hyphen Hyphen. Je suis aussi très emballé par Vitalic, et NTM bien sûr !

Quelques infos sur l’actu de Monterosso :
Entre l’été 2018 et janvier 2019, sortie d’un single, d’un clip et d’un EP
Récemment, sortie d’une vidéo enregistrée en live session, Huacachina

Lydia Mdjassiri