Idris Ackamoor and the Pyramids – An Angel Fell

mai 2018 |

Après le retour en 2016 d’un mythe de l’afrofuturisme, le label Strut délivre aujourd’hui une confirmation réussie. Idris Ackamoor and the Pyramids, tout droit revenus d’un voyage spatio-temporel commencé la côte Ouest américaine dans les années 70, livrent ce qui pourrait bien s’avérer être le meilleur album de l’année. La composition des Pyramids a fortement changé depuis We All Be Africans et seule la violoniste Sandra Poindexter poursuit l’aventure. Cependant, tous les fans de Jazz cosmique retrouveront le plaisir de placer ce très beau double LP sur leur platine favorite.

Tinoge, première piste de l’album de plus de 9 minutes permet à Idris Ackamoor de planter le décor et l’ambiance : un saxo tout en énergie contenue jusqu’à un point de non-retour d’où le émerge.

Un violon aérien, volatile, presque trop simple accompagne tous les morceaux et particulièrement sur Papyrus. Pourtant sa présence rend unique et identifiable l’ensemble des compositions.

Parmi les multiples influences qui transparaissent tout au long de l’album, on rencontrera Pharoah Sanders, Sun Ra évidemment, et de façon plus surprenante également, le groupe expérimental allemand Can notamment dans le titre Sunset.

Le magnifique Land of Ra mêle avec délice une rythmique reggae et un saxo totalement free. Idris Ackamoor crée le Cosmic and Spiritual Dub !

An Angel Fell est une carte de navigation menant à un plaisir d’écoute immédiat mais tout autant à de lointains univers musicaux connexes.

Cette production invite l’auditeur à suivre l’idée créatrice d’Idris Ackamoor et avec elle, à intégrer la dimension politique qu’elle renferme. La cause afro américaine est présente dès 1972 avec les premiers titres King of Kings et Lalibela des Pyramids. Aujourd’hui le titre Soliloquy for Michael Brown est un hommage émouvant à ce jeune étudiant noir abattu par un policier blanc à Fergusson, Missouri. 45 ans plus tard avec le 45ème président des USA, dont de nombreux militants se refusent à prononcer le nom, la lutte pour l’égalité des droits et la justice raciale est toujours d’actualité. Thème également défendu par le groupe, la protection et la préservation de l’environnement trouvent avec Warrior dance un hymne enthousiaste et volontaire communiquant l’énergie nécessaire aux militants de ces luttes.

An Angel Fell est donc une œuvre artistique totale qui gagnera à être entendue et vue en live. Les prestations scéniques des Pyramids sont aussi spectaculaires que rares. Lorsqu’il pénètre dans les salles paré d’une coiffe pharaonique et accompagné d’immenses trompettes, Idris Ackamoor embarque avec lui son public pour une téléportation cosmique unique.

Nicolas Duquenne