Dogrel

Fontaines DC – Dogrel

avril 2019 |

Un album comme on en espérait plus depuis longtemps. Pas de chichi, pas d’électronique qui viendrait interférer avec l’énergie brute des guitares rugissantes et l’authenticité de la voix de Grian Chatten.

Les 11 titres font immanquablement référence aux Clash, à Ian Dury, aux Pogues de Shane Macgowan et bien plus près de nous, à la Fat White Family et à Shame.

Nécessité fait loi dans l’univers du punk et du . C’est le point commun aux artistes précédemment cités. Un besoin irrépressible de crier, d’exorciser les maux de notre société ; une catharsis dont dépend la survie de celui qui la chante, ou la déclame.  Il n’est pas excessif en effet de parler de déclamation, tant Grian Chatten rend hommage à son concitoyen et grand poète romantique dublinois William Buttler Yeats

Il partage avec lui l’amour de la poésie de classe populaire, longtemps méprisée par l’élite et sa passion pour la nation irlandaise. Un titre comme « Boys in a Better Land » ne manque d’ailleurs pas d’évoquer le problème nord irlandais. Celui-ci est plus que jamais d’actualité, tout comme nous le rappelle tristement également la mort récente d’une jeune journaliste ce week end de Pâques. Les guitares d’O’Connel et de Curley découpent, la batterie de Coll tonne et la basse de Deegan III percute. Autant d’armes dont dispose le groupe pour s’immiscer dans ce conflit sans cesse attisé, jamais maitrisé.

Sans jouer avec les clichés, mais en s’inscrivant dans la lignée des grands noms de la littérature irlandaise, Fontaines DC (pour Dublin City) peaufine et ciselle ses textes dénonçant l’individualisme de la société qui détruit aussi rapidement que surement les liens entre les individus. (Is it Too Real For You ? crie Chatten) L’ultralibéralisme d’un pays et d’une ville entièrement dédiée à l’accueil défiscalisant des géants mondiaux de l’industrie numérique, thème du très bon titre Chequeless Reckless a de quoi en effet bouleverser le romantisme de Joyce dont Fontaines DC se font les héritiers.

L’amour pour la culture locale et ses spécialités houblonnières est célébrée cependant, en même temps qu’un vibrant hommage est rendu à Shane McGowan, sur Dublin City Sky. Dernier titre de l’album et véritable morceau irlandais, composé sur le rythme ralenti du jig avec un timbre de voix aussi glissant que les basaltes de la chaussée des géants un jour de pluie.

Dès maintenant un des meilleurs albums de l’année 2019 !!!

Nicolas Duquenne