Songs from the Land of Nod

Beechwood – Songs from the Land of Nod

mars 2018 |

Je commence le dernier album de Beechwood, Songs from the Land of Nod, avec les préjugés que sa pochette me procure: j’espère trouver un jeune groupe qui fait de garage classique, sans plus. Par contre, la première chanson (Ain’t Gonna Last All Night) me surprend avec des rythmes très mélodiques, beaucoup plus près de la ligne des Beach Boys que d’un group de pseudo-punk. L’importance d’une mélodie reconnaissable est relativement grande dans l’album, même quand il y a des chansons d’un rock beaucoup plus classique: rythme élevé, guitare très puissante, batterie marquant très fortement les temps (par exemple I Don’t Want to Be the One You Love).

Il y a sans doute de la passion pour la musique de la part de Beechwood, qui prend soin de la mélodie en même temps qu’ils risquent l’utilisation de différentes sonorités (écoutez le début de This Time Around ou All for Naughts, ça aurait pu finir très mal). Aujourd’hui, quand les groupes sont plus conscients que jamais de l’importance de faire des chansons populaires pour survivre dans l’industrie, on apprécie spécialement la diversité de sons de Songs from the Land of Nod. C’est un travail relativement court (32 minutes), qui se fait même plus court pour les combinaisons de formes et d’intensités, qui varie beaucoup mais graduellement (Heroin Honey est très ‘Beatles’), jusqu’à finir par des chansons au style psychédélique (avec Land of Nod on croirait écouter Shelter Song de Temples).

Malgré la diversité de Beechwood et le plaisir que ses chansons m’ont provoqué, il me manque tout de même une chanson vraiment remarquable pour les monter en Champions League. Le ton général de Songs from the Land of Nod est divertissant mais il n’y a aucune partie qui te fait vraiment arrêter ce que tu es en train de faire pour tout simplement plonger dans la musique. De quelque façon, ils peuvent compter sur moi pour chercher ce Saint Graal dans leur prochain travail, je sais qu’au pire des cas, je vais très bien m’amuser.

Joseph Monge

Vinyle disponible chez Balades Sonores et Fargo Vinyl Shop