Working Class Woman

Marie Davidson – Working Class Woman

octobre 2018 |

Pour son 4ème album, le premier produit chez Ninja Tune, Marie Davidson nous entraîne dans les affres des tournées d’artistes solos. Un album comme une catharsis non dénuée d’humour pour lutter contre le burn-out qui nous guette tous. Un mot d’abord de l’artiste. Montréalaise de naissance et berlinoise depuis peu (comment en être autrement lorsque l’on veut produire de l’électro ?), Marie Davidson compose et écrit en anglais et en français, rendant l’écoute particulièrement agréable et incitant l’auditeur à porter son attention sur toutes les paroles.

Les morceaux naviguent entre la la plus froide et l’Italo disco efficace et légère. Des mantras ultra-libéraux sont également incantés : Work to be winner, Is sweat dripping down your balls ? sur un beat lancinant, obsédant. Un véritable lavage de cerveau comme notre époque sait en effectuer, l’air de rien.

La liste des titres reflète à merveille les vices et les tentatives solutions que la vie d’artiste électro comporte et apporte. Ainsi, Workaholic Paranoid Bitch n’est rien d’autre qu’un portrait au vitriol de Marie Davidson elle-même au bout du rouleau. Le Tunnel n’est pas près de révéler la lumière à son extrémité. Aura-t-elle besoin d’un « psychologist » pour résister à la pression que son métier impose, ou encore aux remarques stupides que le « biggest fan » peut faire en fin de set ?

C’est avec la force qui la caractérise, avec la puissance de ses convictions que Marie trouve son havre de paix dans le dernier titre, sa Chambre intérieure. Un lieu apaisé dans lequel on souhaite que l’artiste se régénère après avoir donné à son public plus que son talent, une part authentique de sa personne.

Pour avoir eu la chance d’assister au concert de Marie Davidson il y a quelques semaines à Bruxelles, la sincérité de l’artiste transparaît à chaque instant d’une prestation impeccable où l’exigence de la performance n’a d’égal que le plaisir ressenti par l’ensemble du public. Une réussite d’autant plus marquante que l’album est une véritable introspection personnelle.

Working Class Woman est un album à l’image de notre temps. Si facile de se perdre dans la spirale professionnelle où la recherche de l’épanouissement personnel peine à contrebalancer la lutte contre l’épuisement. Avec ce magnifique album Marie Davidson semble sur la voie de l’équilibre et nous incite à trouver le nôtre.

Nicolas Duquenne